Kang-Ok Jeon

Arche 13 Atelier 12

contact
  jeonkangok@yahoo.fr  
bio

Né le 10 juillet 1965
2001 : Doctorat d’Arts-Plastiques, Université de Paris I Panthéon Sorbonne
2000 : DNSEP, Ecole des Beaux-Arts de Rennes

portrait
expositions

Obtenir/Get Adobe Flash Player

travail

La mise en situation de la pesanteur, ce qui revient à la faire ressortir comme élément perceptible, aboutirait à trouver une forme sculpturale qui associerait une potentialité de risque, et donc un mouvement contenu, révélé par la chute dans un état instable.
L’adaptation des formes sculpturales aux gestions des forces de pesanteur qui poussent vers la recherche d’un point de convergence antistatique. C’est là la possibilité d’envisager la pratique sculpturale sous le risque d’action de la pesanteur qui s’est caché derrière le bloc sculptural. La sculpture joue non seulement en faveur de l’élévation mais aussi de la force fatale, ténébreuse : la chute.
Mais comment inversement la sculpture s’engage-t-elle à utiliser l’instabilité ? Il y a donc mise en évidence physique pour rendre les effets les plus spectaculaires de la pesanteur : contrebalancement, déséquilibre, instabilité, rupture, chute. La sculpture sera une expression, un accident et un événement de la pesanteur. Certes, la mise en avant de cette attraction peut littéralement provoquer la destruction totale ou symbolique de l’ensemble du travail. On ne joue plus sur le poids imaginaire, mais avec le poids réel, le risque littéral.

Jeon Kang-Ok.